Messe à Arles pour les victimes du 26 MARS 1962

Une messe à la mémoire des victimes de la fusillade du 26 mars 1962 sera célébrée le jeudi 31 mars à 18H en l’Eglise Notre Dame de la Major Arles.

 

Publicités

CÉRÉMONIE EN MÉMOIRE DES VICTIMES DE LA FUSILLADE DU 26 MARS 1962 RUE D’ISLY A ALGER

ANGERS : 29 mars à 18h : Messe célébrée par le Révérend père Le Pivain (chapelle Noël Pinot). Contact

ARLES : jeudi 31 mars à 18 heures, Eglise Notre Dame de la Major, messe en mémoire des victimes du 26 mars 1962, rue d’Isly, à ALGER.

AVIGNON : 26 mars à 10H45.Dépôt de gerbes stèle des rapatriés au cimetière St Veran

BOURGES  : 26 mars : Dépôt de gerbes à 11 heures au cimetière Saint Lazare Supérieur, devant la stèle ANFANOMA

BRIVE LA GAILLARDE : Cérémonie à 11 heures le 26 mars  devant la stèle de l’anfanoma au cimetière  d’Estavel, en mémoire  des victimes de la fusillade de la rue d’isly à Alger

CAEN : 26 MARS 11heures, dépôt de gerbes stèle ANFANOMA cimetière St Gabriel

CLERMONT-FERRAND, samedi 26 mars 2016 à 11 h. Cimetière Saint-Jacques. Dépôt de gerbes  stèle de ANFANOMA.

Mardi 29 mars à 18 h 30 messe à l’Église Saint-Pierre des Minimes (place de Jaude)

GRASSE :  26 MARS à 9H30 : Dépôt de gerbes, stèle de l’anfanoma, cimetière Ste Brigitte

Le 3 avril à 11 heures, messe à la Cathédrale de Grasse.

PARIS : jeudi 7 avril à 18 h 30, messe en l’Eglise Saint-Nicolas du Chardonnet, 23 rue des Bernardins, Paris 5ème, (métro Maubert-Mutualité).

PAU : samedi 26 mars 2016 à 17 h 30 à la stèle de l’ANFANOMA, au cimetière de PAU

PIERRELATTE : 26 mars à 11H dépôt de gerbes stèle ANFANOMA au cimetiere Contact : jean-michel.caponi@laposte.net

TARBES : messe le mardi 29 mars 2016, à 18 heures, Eglise Saint-Pierre – Saint-Paul à Tarbes

VICHY : messe mercredi 30 mars 2016 à 11 heures en la CHAPELLE DU MISSIONNAIRE (16 avenue Thermale)

9 juin 2010 L’EXPOSITION QUI A FAIT SCANDALE A VALLAURIS ET CONTINUE DE NUIRE A PARIS

20100609_1

L’exposition de Mme Zineb Sedira  » Ma mère m’a dit  » au Musée Picasso de Vallauris, avait été fermée par arrêté du Maire le 11 mai dernier, à la demande de Harkis et d’Anciens Combattants. Sur intervention du Préfet des Alpes maritimes, estimant que le risque sérieux de trouble à l’ordre public invoqué par la municipalité n’était pas établi, le Tribunal administratif de Nice a suspendu cet arrêté le 31 mai.

Cette exposition, réalisée en 2003, constitue selon l’artiste  » un travail de transmission qui n’a rien de politique et ne comporte ni provocation ni malice « . Pour preuve de bonne volonté, elle aurait accepté de supprimer le terme  » Collaborateur  » traduisant l’expression arabe  » Harki « . Le Sous-Préfet de Grasse a déclaré avoir invité les associations  » à voir la projection et constater qu’il n’y a rien d’infamant « . Le Préfet des Alpes maritimes a constaté que l’oeuvre a été  » exposée plusieurs fois en France sans que cela ne pose de difficulté et a été acquise par la Cité Nationale de l’Immigration « , où elle est présentée en continu depuis 2008.

20100609_2

Une rapide visite à la Cité Nationale de l’Immigration nous a permis de constater que, bien au-delà du terme  » Collaborateur « , déjà constitutif d’injure et de diffamation, le contenu même de la vidéo n’est qu’accumulation sans nuances d’accusations de tortures, de viols, de vols et de violences auxquels se seraient livrés les soldats de l’armée française et les Harkis contre la population civile.

L’acquisition d’un tel document à charge par un Musée National constitue un premier scandale. Sa diffusion en continu à la Cité de l’Immigration, à l’adresse d’un public ciblé par nature est un acte irresponsable. L’ensemble porte insulte à l’Armée française et à la Communauté Harkie.

L’A.N.F.A.N.O.M.A. a immédiatement protesté par courrier auprès de M Jacques Toubon, Président du Musée National, et a informé aussitôt les associations d’Anciens Combattants et de Harkis, visées au premier chef. Elle a demandé au Président de la Mission Interministérielle aux Rapatriés et au Secrétariat d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants d’intervenir au plus haut niveau.

Le président de l’ANFANOMA
Yves Sainsot

 

9 Août 2010 Soutien à Zohra et Hamid

L’A.N.F.A.N.O.M.A., sensible à la détresse de ces enfants de Harkis, qui ont tenté vainement d’attirer l’attention des Parlementaires, déplore la brutalité de l’intervention policière qui a mis fin à leur manifestation pacifique. Elle rappelle aux Pouvoirs publics la dette d’honneur contractée par la Nation envers cette Communauté sacrifiée et leur demande d’apporter enfin une solution équitable et humaine à une situation qui aurait dû être réglée depuis des décennies.

4 décembre 2010 L’agence nationale pour l’indemnisation des rapatriés en danger !

Le récent remaniement gouvernemental ne fait apparaître aucune lisibilité quant à la place des Rapatriés au sein des organes gouvernementaux.

L’existence même de l’Agence Nationale pour l’Indemnisation des Rapatriés d’Outre-Mer (A.N.I.F.O.M.) est menacée. A la date de ce jour, le Conseil budgétaire de cet établissement public n’a pas été convoqué. Or l’ approbation des comptes 2010 et le budget 2011 doivent être votés avant le 31 décembre 2010 ! L’ANIFOM est seule à détenir les compétences nécessaires à l’ exécution de ses missions. Elle détient un patrimoine essentiel, ses dossiers contenant la mémoire vive des patrimoines et des personnes ayant vécu sur ces territoires abandonnés par décision nationale. l’ archivage de ce patrimoine est en cours et représente à lui seul une année de travail. La suppression brutale de l’ANIFOM signifierait que les Français rapatriés ne constituent plus une préoccupation pour le gouvernement actuel.

Yves Sainsot, Président national

5 décembre 2010 HOMMAGE NATIONAL AUX VICTIMES CIVILES ET MILITAIRES

L’ANFANOMA invite les Adhérents de ses Sections et appelle ses Compatriotes « rapatriés à participer activement aux cérémonies organisées partout en France. Elle rappelle que la Commission « Favier », réunissant les principales associations d’Anciens Combattants a retenu cette date du 5 décembre, volontairement neutre, pour trancher le différend 19 Mars/16 Octobre. Seule l’obstination et l’idéologie animent quelques dirigeants minoritaires et les pousse à continuer à s’opposer à ce choix raisonnable. Libre à eux, mais sans présence des Autorités, d’organiser seuls, à la date qui leur convient les cérémonies associatives de leur choix.

Les Français rapatriés quant à eux se recueilleront, dans le calme et la dignité, à la mémoire des Militaires, morts pour la défense de territoires alors français et pour la protection des populations. Ils se recueilleront aussi à la mémoire de leurs Compatriotes morts ou disparus, assassinés tout au long de ces années noires, avant comme après l’indépendance de ces territoires. Ils s’inclineront aussi en souvenir de leurs Anciens qui, pour les plus chanceux, reposent dans leurs cimetières abandonnés, mais aussi à la mémoire de ceux dont les corps ont été déplacés ou, pire encore, n’ont jamais eu de sépulture. Ils n’oublieront pas non plus les Harkis et leurs proches, sacrifiés pour leur engagement à nos côtés.

Yves Sainsot, Président national