8 mai 2009 La Nartelle, Les Héros oubliés

Le 8 mai, le chef de l’Etat, s’était déplacé à La Nartelle, sur les lieux mêmes du débarquement de Provence, acte symbolique fort et choix judicieux.

Nous avions toutes raisons de nous en réjouir. Le discours commence bien :  » Les troupes de débarquement sont américaines et sont françaises… « , rétablissant l’importance du rôle trop souvent oublié et soulignant la participation active des soldats français. Il poursuit :  » parmi elles, je veux leur rendre un hommage particulier, il y a les Spahis, il y a les Tabors marocains, il y a les Tirailleurs sénégalais « … Très bien, l’Armée d’Afrique est bien là, partiellement représentée, sinon nommément citée. La chute, hélas est rude :  » Les troupes coloniales montrent un courage admirable… Ils se battront pour la France comme s’ils se battaient pour la Mère Patrie.  »

Patatras ! Une fois de plus, les Pieds-noirs sont manifestement absents de l’hommage rendu alors qu’ils se chiffrent à égalité avec les  » Indigènes « , aussi bien quant au taux de mobilisation qu’à celui des pertes subies, ce qui proportionnellement porte leur sacrifice à un niveau très supérieur.

L’outrage atteint également les  » Indigènes  » eux-mêmes, qui étaient aussi des Français comme n’a pas manqué de le souligner à juste titre le film diffusé largement sur les écrans nationaux.

Oubli ? Maladresse ? Pas même…

Simple appel du pied lancé par delà la Méditerranée. Dommage ! Une fois de plus, une fois de trop !

Quand à la devise finale  » Ne plus haïr mais ne rien oublier… Pour demain, ne pas subir « , nous la faisons notre, sans réserve.

Yves Sainsot