2 juillet 2009 Documentaire « Les Porteuses de Feu », le procès par Nicole Guiraud

Nos lecteurs n’ont pu oublier, s’ils ont eu le cran de le regarder, ce documentaire, diffusé par France 3 le 26 janvier 2008, qui avait blessé notre Communauté, légitimement choquée par son inhumanité et sa partialité outrancière. Notre Président, Yves Sainsot, au sein d’une délégation du H.C.R auquel il appartenait encore, n’avait pas manqué alors d’exprimer son indignation, « sa rage froide » devant l’état-major de France-Télévisions mobilisé pour la circonstance.

Il avait exprimé son profond regret que Mme Nicole Guiraud n’ait pas été associée à cette rencontre.

Ce refus de dialogue ne pouvait que renforcer la détermination de notre amie qui, assistée de Me Courbis, son avocat, a décidé de poursuivre en justice France-Télévisions et la société de production. Le 2 juillet dernier, une bonne trentaine de représentants associatifs, d’amis ou de sympathisants, venus souvent de loin, silencieux, émus, se pressaient autour de Mme Guiraud, courageuse et digne pour l’assister dans son combat difficile.

Car combien il est difficile de se battre face à des juristes dont la profession exclut les sentiments, alors qu’après avoir été amputée dans sa chair on vient d’être à nouveau blessée profondément dans sa conscience et sa sensibilité.

Combien il est difficile de revivre une fois encore les instants douloureux imprimés à jamais et d’entendre opposer l’argutie à la douleur.

Dans sa longue plaidoirie, convaincante, brillante et solidement étayée, Me Courbis s’est efforcé de contourner le piège de l’incompétence tendu par la défense, refusant de se laisser enfermer dans la seule apologie de crime de guerre. Il a démontré le préjudice moral porté aux victimes du terrorisme et en l’espèce notamment à Mme Guiraud par la négation même de l’existence des victimes dans un document centré sur les seules actrices sulfureuses de cette scène macabre. Mais, pour l’un des avocats de la défense, Mme Guiraud  » n’était tout de même pas obligée de regarder la télévision ce soir-là « …. Pour un autre, il s’agissait d’une simple  » contribution à l’histoire « …

A noter que Mme Guiraud a décliné l’offre du Président du Tribunal de s’exprimer devant les juges. Elle s’est bornée à exprimer sa confiance en son avocat. Et combien avons-nous compris son refus…

Ajoutons aussi que Mme Castro, productrice du documentaire réalisé par Faouzia Fekiri, a exprimé à Mme Guiraud ses regrets personnels de l’avoir blessée. Regrets tardifs, mais regrets tout de même…

Ironie du calendrier, l’affaire a été mise en délibéré et sera jugée à la rentrée, le 30 septembre 2009, date anniversaire de l’attentat du Milk-Bar…

Cinquante-trois ans après le crime épouvantable !

 

Publicités